Guinée : retour sur une année 2021 assez mouvementée !

0
949

Après une année 2020 sevrée de sport, en raison du Covid-19, 2021 s’est annoncée comme celle de la reprise. Si le Football a occupé une grande partie de l’actualité, à l’image des années antérieures, des disciplines comme le Basket Ball se sont fortement illustrées.

De Tokyo à Yaoundé, le sport guinéen aura vibré aux rythmes des performances guinéennes teintées de joies et de peines. Retour sur une année agitée.

Le Syli local déjoue les pronostics au CHAN 

C’est sur fond de fierté et de patriotisme que démarre l’année 2021, avec la brillante participation de l’équipe locale au Championnat d’Afrique des Nations de football au Cameroun. Éliminé en demi-finales par le Mali, le Syli local aura marqué de son empreinte cette édition du CHAN. Et la cerise sur le gâteau fût la médaille de bronze décrochée face au Cameroun, le pays hôte, lors de la petite finale. Rarement présente, ces dernières décennies, à ce niveau d’une compétition majeure de la CAF, c’est en héros que la bande à Kanfory Lappé Bangoura a été célébrée à leur retour dans les rues de Conakry.

Le Horoya toujours en maître absolu 

Malheureusement, pour les autres acteurs du football guinéen, c’est bis repetita. L’épopée camerounaise du Syli Local a laissé place aux résultats mitigés du cuir rond.
En Ligue 1, les années passent et se ressemblent au fort ravissement des supporters du Horoya, mais surtout au fort désarroi des autres clubs qui peinent à faire tomber le champion de son piédestal.
Malgré un début de saison chaotique, le Horoya, au fil de la saison, a su redresser la barre et terminer, une nouvelle fois, à la plus haute marche du podium.
Toujours sans Coupe nationale, le CIK, dauphin du Horoya, la SAG et Wakriya, respectivement 3ème et 4ème, ont représenté le football guinéen en compétitions africaines d’interclubs. Aussitôt arrivés, aussitôt répartis. C’est le résumé parfait de leurs sorties sur la scène continentale. N’arrivant toujours pas à coller aux performances africaines du Horoya. Conséquence, l’indice du championnat guinéen, en Afrique, fait du surplace, devant tout au club de Mamadou Antonio Souaré. Le Horoya qui a réussi à se hisser aux phases de poule de la Ligue des Champions, en éliminant le Stade de Bamako.

Le Syli exaspère son monde

L’année 2021, c’est aussi les échecs à répétition de nos équipes nationales. Celle qui aura eu encore le don d’ulcérer les observateurs, c’est bel et bien notre cher Syli National de Guinée. Après une qualification poussive pour la CAN 2021, le Onze national, pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, a fait vivre un véritable purgatoire au peuple de Guinée. Créant un manque de confiance et un désamour profond presqu’inédit entre le peuple de Guinée et son équipe nationale.
Sur six sorties, le Syli National nous livre une copie terne de quatre matches nuls et deux défaites dans une poule composée du Maroc, du Soudan et de la Guinée Bissau. Un parcours qui aura eu raison du capitaine de Navire, Didier Six, sacrifié, en pleine traversée, par les décideurs du football guinéen. Sauf que les adjoints, Kaba Diawara et Mandjou Diallo, peinent à donner une orientation au voile pour des vents et eaux moins troubles. Une météo qui n’affiche rien de bon laisse présager un chavirement inévitable à quelques jours de la CAN.

Le Football féminin n’y arrive décidément pas

2021, c’est aussi le Football féminin avec les équipes nationales sénior et junior engagées dans les campagnes éliminatoires. Les U-20 guinéennes n’ont pas réussi à passer le 3ème tour des éliminatoires de la coupe du monde Costa Rica 2022 face au Sénégal. La campagne avait pourtant très bien démarré avec l’élimination de la Sierra-Leone. Le scénario a été identique pour l’équipe nationale guinéenne. Tenant en échec, le Mali, à Bamako, elle n’a pas pu surfer sur son avance à l’aller et s’est faite logiquement éliminée à Conakry sur le score de (2-0).

Un Conor à la tête de la Feguifoot 

Le football guinéen cette année, c’est indéniablement aussi la crise qui aura secoué la Fédération guinéenne de football autour de son assemblée générale élective. Entres interprétations des textes, incompréhensions, suspicions, invectives, l’instance faîtière du Football guinéen s’est vue coller un comité de normalisation par la FIFA.
Après plusieurs semaines de querelles, l’instance mondiale du football a dépêché une mission à Conakry au mois de juin dernier suite à l’incapacité de la FGF de tenir son congrès électif. Consécutivement à sa décision de suspendre le processus électoral jusqu’à nouvel ordre, l’instance mondiale, après plusieurs longs mois d’attente, a mis la Féguifoot dans un processus de transition qui devra déboucher sur la rédaction et l’adoption de nouveaux textes. Et ce, à quelques jours de la prochaine coupe d’Afrique des Nations au Cameroun (du 9 janvier au 6 février 2022).

Jeux Olympiques, la Guinée mord le tatami dans la cité Nippone

Impossible d’évoquer l’année 2021 sans toucher le feuilleton Tokyo 2020 qui a tenu en haleine le peuple de Guinée.
Partira, partira pas ? La question s’est longtemps posée. Entre l’annulation de la participation par le ministère des sports, son rétropédalage, la montée au créneau du Comité national olympique et sportif guinéen, le tôlée créé dans la cité, l’opinion était bien servie en rebondissements. Une situation qui a provoqué l’ire de plus d’un.
Engagés dans 4 disciplines (athlétisme, natation, judo et lutte libre), c’est à tour de rôle que les participants guinéens ont mordu la poussière à Tokyo. De l’arrivée en retard de Mariame Touré pour le 100m nage, à l’élimination de Fatoumata Yarie Camara, en lutte, par la championne olympique, jamais les guinéens n’ont donné l’impression de pouvoir obtenir une médaille olympique à ces 32èmes olympiades de l’ère moderne.

Une année à oublier pour le Handball

Tout comme les jeux olympiques, la participation de la Guinée à la CAN de Handball (Dames) a servi son lot d’éclaboussures. Il aura fallu attendre la dernière minute pour voir les handballeuses guinéennes rallier le Cameroun. Pas de miracle, l’aventure s’est terminée dès le premier tour de la compétition.

Le Syli Basket brille au pays des mille collines

Face à tant de mésaventures, l’éclaircie est venue de la balle orange. A l’Afrobasket qui s’est déroulé à Kigali, au Rwanda, le Basket guinéen a brillé des mille feux. Après plusieurs décennies d’absence, l’équipe nationale a créé la sensation en déjouant tous les pronostics.
Logée dans une poule très relevée en compagnie de la Tunisie, l’Égypte et la République Centrafrique, la Guinée réussit à s’extirper de la poule en battant l’Égypte. Au tour suivant, elle met fin au rêve du pays hôte, le Rwanda, avant de finalement tomber contre la Côte d’Ivoire en quart de finale. Malgré l’élimination, l’essentiel était ailleurs. Le retour en grand de la Guinée dans cette compétition majeure. Mais aussi le classement de la Bande au Coach Serbe Zeliko Zecevic dans le top 8 africain ont été les principales satisfactions de la participation guinéenne à l’Afrobasket 2021.

Le SLAC rêve grand

Le Syli Basket n’a pas été la seule formation guinéenne a brillé cette année sur le continent. Après un brillant premier tour éliminatoire à Conakry, le SLAC réussit l’exploit de se qualifier pour la 2ème édition de la ligue Africaine de Basket Ball. Devenant ainsi le premier club de l’histoire en Guinée à se qualifier pour la BAL.

Le Karaté à l’honneur cette année 

La Fédération guinéenne de Karaté face à cette reprise bien effective des activités sportives n’a pas été en reste. Le championnat zone-ouest de karaté s’est tenu en Guinée avec les participations du Sénégal, du Mali, de la Guinée-Bissau et de la Sierra-Leone.

Le Sambo et le Rollers font parler

Cette rétrospective ne pouvait se terminer sans parler de quelques disciplines moins connues, mais qui ont fait parler d’elles au cours de l’année.
Il s’agit de la Fédération guinéenne de Sambo qui a réussi l’exploit de revenir avec des médailles après avoir participé à des tournois majeurs au Maroc et en Égypte. Mais aussi de la Fédération de Rollers qui a remporté des médailles au Bénin dans l’épreuve de Jump avec le jeune Tidiane Bah.

La CAN 2025, un rêve utopique ?

Très mouvementée, 2021 finit ainsi avec quelques notes d’espoirs et beaucoup d’interrogations. Parmi lesquelles, la question de l’organisation de la CAN 2025 qui devient un peu plus, avec le temps, un rêve inaccessible pour la Guinée.
2022 nous édifiera un peu plus.

 

Béné Barry

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 − 16 =